Quand je vous le disez !

Publié le par le ced

Le jour où les gens auront compris qu'un cirque avec des animaux est une horreur. Et que toute cette fichu poudre aux yeux de l'amour animaux-homme et vis versa n'est que la pression psychologique que l'homme à sur l'animal, nous aurons bien grandi !

Vous trouvez ça normal qu'un éléphant de plusieurs centaine de kilo qui n'hésite pas à foncer sur des intrus quand il se sent menacé dans la nature, fasse des pirouettes sur une patte ou joue a faire des tours pendables et ridicules.

Et bien voici ce qu'ils leur arrivent si les animaux de cirque touchent à leur dresseur où à quiconque autour d'eux et là on parle de mort....!


Un ours dressé à patiner sur de la glace s’est jeté sur le directeur du Cirque national russe pendant une répétition et l’a tué. Il a ensuite été abattu. One Voice dénonce une nouvelle fois la violence et la cruauté liées à la détention et au dressage des animaux détenus dans les cirques, et les dangers qui en découlent.

 

En octobre 2009, la répétition d’un numéro d’ours patineurs du Cirque national russe a tourné au cauchemar. L’un des ours ainsi exploités s’est jeté sur le directeur du cirque et l’a tué. Un employé qui tentait de s’interposer a été blessé et hospitalisé dans un état critique. Cet ours de 5 ans a été abattu sur place par la police. Son cadavre devait être examiné par des vétérinaires. Cette tragédie a eu lieu au Kirghizistan, où s’était déroulé un autre drame en 2002. Un ours avait attaqué et tué un enfant qui tentait de le caresser. Les vétérinaires avaient attribué ce comportement agressif à la faim, l’ours présentant une importante sous-alimentation.

 

Le témoignage de l’ancien dresseur d’ours russe Vladimir Deriabkine est édifiant sur la barbarie du dressage. Il affirme, des années après avoir quitté le cirque, que la « complicité » que croient percevoir les spectateurs entre le dresseur et l’animal est le résultat de la très grande violence qui s’exerce en coulisse, plus rarement sur la piste. Vladimir Deriabkine possédait dix ours qu’il exploitait dans des numéros contre nature pour un animal sauvage. Ils étaient notamment obligés de mimer des attitudes humaines. Aucun d’eux n’a survécu à quelques années d’exploitation. Il a vu tuer un ours qui refusait d’exécuter un numéro.

 

L’ancien dresseur estime que si le public connaissait la réalité des pratiques de dressage, il n’accepterait plus assister aux représentations. Il se souvient d’un dresseur qui avait frappé si fort une panthère pendant une représentation qu’elle avait été prise de convulsions sur la piste. Les animaux ne sont que du matériel jetable qui permet aux dresseurs de gagner de l’argent. Outre les coups, la faim est utilisée par les dresseurs pour « éduquer » les animaux. Ils les privent de nourriture pendant plusieurs jours pour les obliger ensuite à accomplir leur numéro. Pour Vladimir Deriabkine, les animaux de cirque attendent toute leur vie de pouvoir régler leurs comptes avec leur dresseur, quitte à en mourir. C’est ce qui s’est passé avec cet ours patineur.

 

One Voice demande depuis des années l’interdiction de l’exploitation des animaux dans les spectacles et dénonce la cruauté de leurs conditions de détention et de dressage. Les animaux sont enfermés et voyagent dans des cages exiguës dont l’aménagement ne peut pas leur fournir des conditions de vie correctes. Les ours patineurs souffrent notamment de blessures aux pattes, causées par le port de patins. La France doit suivre l’exemple des pays qui ont mis un terme à cette exploitation pour limiter la souffrance animale et garantir la sécurité des spectateurs.

 

Le dresseur dont le tigre avait grièvement blessé une adolescente lors de la fête des remparts de Dinan (22), en juillet 2008, a été reconnu coupable le 20 novembre 2009 mais il a été dispensé de peine ! Alors que plusieurs personnes voulaient prendre en photo un jeune tigre tenu en laisse par son dresseur, l’adolescente de 14 ans s'était agenouillée près de lui. Le tigre l’a d’abord blessée à la cuisse d’un coup de patte puis il lui a pris la tête entre ses pattes, lui arrachant presque l’oreille. Trois personnes ont dû intervenir pour contrôler le tigre.

Cet accident avait abouti à la suspension du droit d’exhiber ses animaux en public pour le dresseur, qui a comparu le 20 novembre devant le tribunal correctionnel de Dinan. Le ministère public a estimé que cette sanction avait été suffisante pour que le dresseur applique à l'avenir les règles de sécurité et a requis un mois de prison avec sursis. Le prévenu a été reconnu coupable mais il a été dispensé de peine.

 

Source : OneVoice

 

On parlera d'évolution humaine quand nous aurons commencer par arréter de pouffer de rire devant ces spectacles scandaleux et hors d'âge.


Et je demande à tous les maires de France de ne plus accépter ce genre de spectacle dans leur ville et j'en demande aussi à la Principauté de Monaco de refuser aussi les cirques avec animaux.


Car si d'un côté le Prince de Monaco s'inquiète du sort des ours blanc et de la planète et accepte que des ours viennent exécuter des tours sur une piste aux étoiles et faire des kilomètres à travers l'Europe dans une cariole et avoir un train de vie qui est à cent mille lieu de ses besoins naturels, là vraiment je n'y pige rien à la mentalité de ce cher Prince de Monac'.


Où alors qu'il m'explique son point de vue. Peut être qu'il y a des ours pour faire rire sa majesté et d'autre pour le faire jouer le rôle de Nicolas Hulot....!

Publié dans Actualités animaux

Commenter cet article