Plumages des oies vivantes

Publié le par le ced

Je n'ai pas vu le reportage sur France 2 lors du journal télévisé, mais il en lisant l'article qui suit cela suffit amplement à demontrer la souffrance que génére ce plumage.



Vous avez été très nombreux à réagir à la diffusion dans le JT de France 2, le 2 février 2009, d'un sujet sur les oies hongroises plumées vivantes pour satisfaire les fabricants de couettes suédois. La Fondation 30 Millions d'Amis fait le point sur la situation et sur la législation européenne et lance une pétition.

Les images et les cris sont insoutenables... La scène, diffusée le 2 février 2009 dans le 20h de France 2 se déroule au fond d'un hangar d'une ferme perdue de Hongrie. Là-bas plus de 300 oies sont plumées vivantes, méthodiquement. Au sortir de cette torture, le volatile est nu, hagard, la démarche chaotique.

Cette pratique condamnée puis interdite par Bruxelles depuis 1999 a toujours cours dans certains pays, nouveaux membres de l'Union Européenne. C'est bien évidemment la rentabilité qui prévaut : les oies peuvent ainsi être plumées 2 fois par an pendant toute la durée de leur existence (contre une unique fois si c'est leur carcasse qui est plumée).


La convention européenne pour le bien-être animal existe, avec les recommandations associées et notamment celle sur les oies du 22/6/1999 précisant (art. 23) "3. Les plumes, y compris le duvet ne doivent pas être arrachés sur des oiseaux vivants", qui est en vigueur dans les pays membres de la convention depuis le 22/12/1999, tandis que la convention elle-même est en vigueur en Hongrie depuis le 1/10/2004, en Pologne depuis le 21/8/2008.

Son application n'est pas vérifiée et aucun organisme n'a été chargé de la répression des contrevenants. Plumer un palmipède (oie, canard, cygne...) vivant est interdit. Seul le plumage des carcasses est autorisé. "Mais la qualité des plumes est nettement moins bonne", explique un éleveur français qui souhaite rester anonyme. A la différence du plumage sur oie vivante qui se fait à sec, le plumage d'une carcasse nécessite de tremper la bête, une fois tuée, dans de l'eau bouillante pour pouvoir la plumer.


En Suède, le petit film sur les oies hongroises, réalisé par la télévision suédoise TV4, a fait un tel bruit que dès le lendemain, la plus grande chaîne de magasin du pays, Ahlèns - l'équivalent du Printemps ou des Galeries Lafayette - a retiré de la vente tous les produits rembourrés à la plume d'oie : anoraks, doudounes, couettes et oreillers, arguant qu'ils ne pouvaient garantir la provenance des plumes de ces produits. Les services vétérinaires ont dénoncé les pratiques de la ferme hongroise tout comme le ministère suédois de l'agriculture.


En revanche, ce que ni les uns, ni les autres ne précisent, c'est que le plumage des oies vivantes peut représenter jusqu'à 80% de la collecte mondiale des plumes et que les 6 principaux producteurs de plumes sont européens, parmi lesquels la Hongrie, la Pologne et... la France, et concentrent 93% de cette production. Des chiffres disponibles sur le site de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture).


Pour signer la pétition lancée par la Fondation 30 Millions d'Amis à l'attention du minsitre de l'Agriculture hongrois, du ministre de l'Agriculture suédois et du Président du parlement européen, cliquer ici

Pour adresser un courrier à l'ambassade suédoise, cliquer ic

Pour adresser un courrier à l'ambassade hongroise, cliquer ici

Source : Fondation 30 Millions d'amis


Pour voir la vidéo et vous rendre compte je vous donne ce lien


http://uncoeurdecarotte.spaces.live.com/blog/cns!59A66DB92BBD77F9!3044.entry?sa=763995593

Au nom de mon association G.A.L.A je viens d'écrire à l'Ambassade d'Hogrie à Paris pour protecter contre cette industrie.

Association G.A.L.A
(Groupe d'Action pour L'amour des Animaux)

Nice, le 07/02/2009



Monsieur l'Ambassadeur,


Je viens de visualiser le reportage en caméra cachée faite en Hongrie dans une ferme d'élevage d'oies.


Et comme des milliers de personnes la souffrance de ces animaux ma profondément choqué et révolté.


La Suède qui importe des produits issus de cette industrie veut y mettre fin. Et j'en suis très heureux.


Mais je veux surtout que vous fassiez pression pour que ce genre de scénario n'existe plus et ce dans n'importe quel domaine concernant la cause animale.


Espérant sincèrement sur votre appui et votre grande humanité.


Je vous prie d'agréer, Monsieur l'Ambassadeur, mon plus grand respect.



Cédric Paquet
Président Fondateur



147 Rte St pierre de féric - 06000 -Nice / Email : ti-tic-ed@hotmail.fr Internet : gala.fr. nf Tél. :04.93.44.23.71 ou 06.15.46.38.64




Publié dans Actualités animaux

Commenter cet article