A défaut d'interdire...

Publié le par le ced

Je vais vous faire lire l'article de Mr Christophe MARIE qui travail pour la Fondation brigitte Bardot et qui nous explique le pourquoi du comment des égorgements d'animaux.

80% des moutons abattus en France le sont sans étourdissement préalable* dans l’ignorance du consommateur qui achète, sans le savoir, une viande issue d’animaux abattus en toute conscience et dans la souffrance.


En effet, dans les rites musulmans et israélites, une grande partie de l’animal ne peut être consommée car elle n’est ni

« halal » ni « casher ». Après inspection par les sacrificateurs, des carcasses entières sont refusées et tous ces produits issus de l’abattage rituel (sans étourdissement préalable) se retrouvent dans le circuit classique sans aucune indication pour le consommateur.

La généralisation de l’abattage rituel est une tromperie du consommateur et un détournement de la réglementation.

L’exception prévue (dans les textes nationaux et européens) à l’obligation de l’étourdissement préalable des animaux ne peut être justifiée ici. En effet, peut-on parler d’abattage « rituel » (qui répond à des préceptes religieux) pour une viande destinée à l’ensemble des citoyens ? De toute évidence non.

Pour les bovins, la proportion d’animaux abattus en France sans étourdissement serait de 20%*... Une proportion insupportable quand on sait que ces animaux agonisent pendant de longues minutes et qu’ils sont, pour répondre aux cadences d’abattage toujours plus élevées, parfois suspendus encore conscients (ce que la réglementation interdit).

Le consommateur a-t-il le droit de savoir ?

Lors des rencontres « Animal et Société », la Fondation Brigitte Bardot a demandé la mise en place d’un étiquetage précisant les conditions d’abattage des animaux. La Fédération Nationale de l’Industrie et des Commerces en Gros des Viandes s’y est formellement opposée, non pas sur des critères religieux mais purement économiques. C’est pourtant l’une des mesures qui doit émerger de ces rencontres et nous y veillerons.

Pour la Fédération des Vétérinaires d’Europe, l’abattage des animaux sans étourdissement préalable est inacceptable en toute circonstance. Cette position est partagée par la Fondation Brigitte Bardot qui demande, avec le soutien de représentants du culte musulman, de rendre obligatoire l’étourdissement des animaux lors d’un abattage rituel.

« Les consommateurs doivent savoir qu’en France 80% des moutons sont égorgés en toute conscience. C’est inacceptable car « l’exception » devient la règle générale et s’étend à d’autres pays comme en Belgique où… 100% des ovins et caprins sont tués sans étourdissement préalable ! Les autorités le savent très bien mais elles préfèrent fermer les yeux plutôt qu’imposer un étiquetage précisant les conditions d’abattage. Le consommateur est trompé et la réglementation détournée, si le gouvernement français ne répond pas à notre demande, alors la Fondation Brigitte Bardot saisira la Commission européenne ».

* Rapport du COPERCI (comité permanent de coordination des inspections) « Enquête sur le champ du Halal ».

le 22/05/2008 

 PS: Ayant aujourd'hui des petits soucis avec ce blog, je ne peux mettre des photos. Mais faut il voir des horreurs pour comprendre? Si pour certains oui alors n'hésitez pas  à parcourir mon site.

Publié dans Actualités animaux

Commenter cet article