Chasse aux phoques

Publié le par le ced

7320brigitte_bardot.jpg

Brigitte Bardot reprend le flambeau de SON combat les phoques. Et rappel à notre président de la république ses engagements face à ce massacre épouventable.

Lire article de France-Soir

Animaux - Bardot monte à nouveau au créneau

Germain Gillet, le vendredi 14 mars 2008 à 04:00

Fidèle à ses convictions, Brigitte Bardot s’insurge contre la chasse au phoque et implore le président de la République de mettre en place un embargo européen sur tous les produits dérivés de l’animal.
En termes de protection des animaux, l’engagement de Brigitte Bardot est resté intact. L’ex « pin-up » du cinéma français a vivement réagi à l’annonce du gouvernement canadien, qui prévoit un quota de 275.000 phoques du Groenland pouvant être abattus cette année. Au-delà du quota qu’elle juge « scandaleusement élevé », elle condamne surtout les méthodes d’abattage supposées « sans cruauté ». « Selon la réglementation canadienne, les chasseurs doivent préalablement s’assurer de la mort clinique de l’animal avant de le dépecer. Comment parler d’éthique si l’on sait que ces contrôles sur place sont effectués par des chasseurs et que ces derniers sont soumis au rendement ? », s’est interrogée Brigitte Bardot dans un entretien accordé cette semaine à l’Associated Press.

« Une grande hypocrisie »

Dans un courrier, le chef de file de la protection des animaux s’est adressé au président de la République, l’exhortant à tenir ses engagements. En septembre dernier, Nicolas Sarkozy avait déclaré au sujet de la chasse au phoque que « la France ne resterait pas complice de ce massacre qui écœure le monde ». « Tout cela n’est qu’une vaste fumisterie, une grande hypocrisie », rétorque-t-elle en commentant la déclaration du chef de l’Etat, empreinte de démagogie. B.B. plaide pour un embargo national tout en suppliant M. Sarkozy « d’user de la prochaine présidence française de l’Union européenne pour accélérer le processus et mettre à l’ordre du jour ce projet de règlement qui interdira l’importation et la commercialisation dans tous les Etats membres » de tous les produits dérivés du phoque. Le chef de l’Etat a beaucoup de promesses à tenir, surtout en cette période électorale. Pas sûr qu’il tienne celle-là.

Edition France Soir du vendredi 14 mars 2008 n°19746 page 11

Commenter cet article