TF1 persiste et signe

Publié le par le ced


Photo de cirque tirée du site http://www.lematin.ch/var

La chaine TF1 persiste et signe dans la niaiserie. On connait le gout prononcé pour cette chaine à passer des émissions qui tire les français vers le bas.

Mais ce qui est encore plus révoltant c'est que la chaine par le biais de ce Christophe Dechavanne, n'hésite pas à ridiculiser, en plus des hommes, les animaux qui ont ne choisissent pas le sort qu'on leur infligent.

Et c'est une émission ridicule qui passe ce 22 décembre en prime-time intitulé " Bêtes de scène" qui va démontrer le talent des animaux. Mais quel talent?

Ce talent est un talent inculqué, forcé par les hommes. Mais que fouterait, si il avait le choix, un hippopotame sur un plateau de télévision, je vous le demande! 

Ou encore un éléphant qui au premier coup de trompe dévasterait tout le plateau et ses participants, comme l'hippopotame du reste.

Non cela ne peut plus durer. Mais le plus lamentable dans cette histoire en plus de ceux qui l'organisent sont ceux qui la regarde et qui votent !!!

Si cette émission ne fait pas d'audience elle sera tout de suite rayer de la carte de programmation. Donc je vous demande à vous, téléspectateurs, qui faites la pluie et le beau temps des chaines TV, de ne pas regarder cette émission qui ridiculise au plus au point des animaux esclaves des hommes.

Et de signer la pétition lancée depuis la première émission
http://www.protection-des-animaux.org/petition/ c'est trés important. version PDF http://www.protection-des-animaux.org/petition/petitiontf1.pdf

Mais je vous dis seul le téléspectateur peu faire changer les programmes. Alors ne regardez pas, c'est aussi simple que ça! Ne vous amusez pas de la souffrance d'êtres esclaves. Les émissions ou les hommes sont ridiculisés, eux, ont eu le choix. 

Les animaux, eux, n'ont pas le droit de réponse!



Et message à ce monsieur Dechavanne qui aime le ridicule, "pourquoi vous en prendre aux animaux ? vous le faites trés bien tout seul !"

Publié dans Actualités animaux

Commenter cet article